Les Gadzarts et les Travaux Publics

Pont tournant de Brest détruit en 1944

Le premier Gadzarts a avoir eu une réputation nationale fut Nicalas Cadiat (Ch 1820). Il créa plusieurs machines a vapeur et autres moteurs mais il conçut aussi plusieurs ponts métalliques et autres constructions. En 1829, il devint directeur de l’usine métallurgique de Fourchambault où il travailla à la conception et à la construction du pont du carrousel à Paris.
Après avoir travaillé pour la firme Koechlin en Alsace, c’est son association avec Dietrich qui fera naître des locomotives à l’époque de la révolution industrielle.
Après l’absorption de Dietrich par Cail, il devint ingénieur en chef à Decazeville. Avec Oudry (Ch 1832, X 1835), il devint le père de deux chef-d’œuvres de l’époque : le pont d’Arcole à Paris et le pont tournant de Brest. Il mourut en 1857 alors que l’entreprise était à son apogée.

Félix Moreaux qui avait rejoint ces deux compagnons en 1854 devint directeur des études lorsque la société fut rachetée par Cail. Il se spécialisa plus tard chez Five-Lille, dans la construction des ponts et conçut notamment le pont sur le Cher à Montluçon et le pont sur l’Allier à Moulins. Pour cette dernière construction, il fit appel à son invention, une armature en treillis autoportante ce qui évitait l’utilisation d’une armature beaucoup plus imposante. Il fut aussi l’un des précurseurs de l’immersion des piliers par l’air comprimé. On peut noter aussi le pont de l‘Europe à Paris, le pont de Zwolle en Hollande et le pont sur le Pô à Plaisance.

Louis Barret (Ai 1844) dirigea les installations portuaires de Marseille, Vincent Dauzats (An 1856) fut le collaborateur de Ferdinand de Lesseps pour la construction du canal de Suez. 18 Gadz’Arts furent aussi associés à ce projet gigantesque. Par exemple, Léon Chagnaud (Ch 1881) fut directeur des travaux du canal puis fut directeur des travaux du tunnel reliant Marseille au Rhône. Il réalisa également le passage du métro sous la Seine et les stations Saint Michel et de La Cité, parmi les plus profondes de Paris ainsi que le passage de trois lignes sous la place de l’Opéra.

La Cure et la Dordogne connurent les barrages de Léon Ballot (An 1885). Tout comme Chambon dans l’Isère eut le plus haut barrage d’Europe en 1930 construit par l’Entreprise Campenon-Bernard (Li 1907). Simon Boussiron (Ai 1888), pionnier du béton armé mit à contribution ses études pour la construction des ponts sur le Tarn à Montauban ainsi que sur la Seine à la Roche-Guyon.

Plus près de nous, G. Imbault (An 1892) fit les études et réalisa le plus grand pont en arc du Monde à Sydney et E Houdry (Ch 1908) fit de Linwood (USA), le plus grand laboratoire de recherche du monde en 1940.

En France, les plus grands ponts suspendus sont dus, pour leurs parties essentielles, à la collaboration de nombreux Gadz’Arts.


Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *